Gaudí plus qu'un parcours : un chemin.

C’est un hasard qui fit que Gaudi devint l’architecte de la Sagrada Familia, mais pour expliquer cela, revenons sur quelques points importants de son chemin.

Gaudi et la Sagrada Familia
Portrait d'Antoni Gaudí i Cornet

Gaudi, un architecte génial qui crée un style nouveau très réfléchi.

L'avis d'Oriane

Oriane: Antoni Gaudí i Cornet est né en 1852 à Reus.

Angel: Ou pas, certains prétendent qu’il est né plutôt à Riudoms, dans la maison d’été de ses parents. En tout cas c’est dans cette maison que Gaudi soigna ses ennuis de santé de jeunesse (rhumatisme articulaire) en observant et analysant toute la journée au soleil les végétaux et les insectes. Cette orientation vers la nature sera complétée plus tard par des randonnées, des excursions avec l’Association des architectes de Catalogne et l’Association catalaniste d’excursions scientifiques, et Gaudi passa aussi des heures et des heures sur des livres en bibliothèques.

Oriane: Son père le fit travailler avec lui dans l’atelier familial de chaudronnerie, c’est là qu’Antoni Gaudí apprit à transformer la matière et à raisonner en volume, en 3 dimensions et à positionner les éléments volumiques dans l’espace.

Angel: Puis il fit l’École d’Architecture de Barcelone, où ses professeurs décelèrent un certain génie troublant. Le Directeur de l’école, Elies Rogent, dira de lui « Je ne sais pas encore si nous avons donné ce diplôme à un fou ou à un génie, l’avenir nous le dira. » Ses premières commandes en tant qu’architecte indépendant sont : une série de kiosques originaux (urinoirs publics et vente de fleurs) pour Enric Girossi et le projet d’éclairage électrique de la muraille maritime, rien de glorieux pour l’instant.

Oriane: A cette époque, Barcelone était en pleine Révolution Industrielle, avec une croissance effrénée et un matérialisme grandissant au détriment des valeurs religieuses.

Oriane: C’est là qu’un libraire M. Joseph Bocabella voulut construire un « Temple Expiatoire » financé uniquement par des dons privés issus de cette nouvelle prospérité. Il fonda à cet effet « L’Association Spirituelle des Dévots de Saint Joseph« , et décida que ce Temple serait dédié à la « Sainte Famille« , Marie, Joseph et Jésus.

Bocabella
Bocabella

Angel:Le libraire acheta un terrain, à l’époque assez loin du centre, dans l’Eixample, le nouveau quartier conçu par l’urbaniste Ildefons Cerdàil. Il voulait de l’espace autour pour disposer des jardins propices au recueillement autour du Temple Expiatoire.

Angel:L’évêque de Barcelone, José Urquinaona, bénit la première pierre le jour de Saint Joseph de 1882 sur un terrain vague. Puis Francisco del Villar fut nommé architecte du Temple sur un projet néo-gothique traditionnel.

Oriane: Antoni Gaudi remplaça Francisco del Villar qui avait des exigences financières démesurées par rapport aux fonds disponibles de l’association, et un désaccord avec le libraire Bocabella qui voulait que le Temple soit une réplique du sanctuaire de Lorette à Nazareth, alors que Francisco del Villar était parti sur une nef de trois vaisseaux fermée par un chœur à déambulatoire. L’assesseur ( Architecte-conseil) Joan Martorell Montells n’arrivant pas à les départager réussit à faire nommer son ancien élève génial de l’école d’Architecture : Antoni Gaudi, et ceci alors que Gaudi était à l’époque plus proche de l’athéisme que du catholicisme.

Angel: Ce même Joan Martorell était le frère du Directeur de l’usine principal d’un certain Eusebi Güell, Güell qui fut le grand mécène de Gaudi et avec lequel il sympathisa lors la construction de sa vitrine en verre pour le fabricant de gants Comella, destinée à l’Exposition universelle de Paris. Güell était marié à une fille du marquis de Comillas Antoni López et faisait donc partie de la famille la plus puissante de Catalogne. Gaudi travailla aussi pour Lopez et se lia d’amitié avec le confesseur de la famille Güell : Jacint Verdaguer, grand poète catholique catalan.
De plus ce même Joan Martorell était un membre influent du Cercle de Saint Luc, une association artistique pour le modernisme catalan ouvrant à Gaudi d’autres relations dans le milieu artistique catalan.

Oriane: A 31 ans Gaudi redéfinit le projet initial dans sa totalité, quittant l’univers gothique traditionnel pour le modernisme catalan issu de l’Art Nouveau et qu’il poussa à son paroxysme.

Angel: Il avait déjà beaucoup travaillé ses idées révolutionnaires sur la Casa Vicens, un projet qui « mijota » pendant 5 ans : de 1878 (année de son diplôme d’architecture) à 1883, année du début chantier de la Casa Vicens.

Oriane: Le premier projet de Gaudi pour la Sagrada Familia était déjà une révolution architecturale : une tour centrale de 172,5 mètres de haut, cinq nefs, une croisée (symbolisant la Jérusalem céleste), une abside, un déambulatoire extérieur, trois façades, dix-huit tours, des dimensions extraordinaires, un style d’ornementation jamais vu. Son professeur mentor Joan Martorell était très enthousiaste, d’autant plus que Gaudi promettait de réaliser le projet en seulement 10 ans de 1886 à 1896.

Oriane: La taille du nouveau temple attira l’attention de l’évêché de Barcelone et Josep Maria Bocabella et son gendre Manuel de Dalmases furent obligés de signer le 30 juin 1890, un accord avec l’évêque de Barcelone, Jaume Català, renonçant à l’avenir à toute réclamation éventuelle. D’ailleurs, plus tard en 1895, la Sagrada Familia passa définitivement à l’évêché de Barcelone, toujours dirigée par le docteur Catalan.

Sagrada Familia
Sagrada Familia

Sagrada Familia
Sagrada Familia

Angel: Gaudi continua la construction de la crypte déjà amorcée par Villar avec l’aide de Llorenç Matamala i Piñol et Carles Mani ainsi que huit manœuvres, dix tailleurs de pierres, douze sculpteurs. Gaudi décora les chapiteaux des colonnes de la crypte entièrement de végétaux, tels des feuilles de scaroles très larges, signant ainsi la première sculpture naturaliste d’une longue lignée dans la Sagrada Familia.

Oriane: La crypte fut enfin inaugurée en 1885, et fut véritablement finie en 1889 avec ses 7 chapelles. Gaudi lança parallèlement les travaux sur l’abside et du bâtiment du vicaire où il installa son espace de travail. C’est en 1885 que Gaudi eut le coup de foudre pour une femme de 27 ans : Pepeta Moreu, fille d’un Don Juan faisant du commerce illégal avec son voilier. Elle était plutôt anti-cléricale et lisaient ensemble des journaux tels que « El Diluvio » ou « La Campana de Gràcia » ou des revues anarchistes comme « La Tramontana ». L’idylle se transforma rapidement en grande déception amoureuse pour Gaudi qui s’orienta définitivement vers la spiritualité et la religion.

L’abside de la Sagrada sera coiffée par la flèche de la Vierge qui sera plus haute que les douze autres flèches consacrées aux apôtres mais moins haute que la flèche centrale de 172,5 mètres consacrée à Jésus Christ et qui culminera par la Croix.

Angel: Gaudi conserva le style néogothique de la structure mais, bien entendu, partit à 100% sur son propre style issu du modernisme catalan (Art Nouveau) : les gargouilles seront des escargots de terre, les balustrades seront des végétaux, les pinacles seront des boutons de fleurs, il y aura aussi des amphibies, des reptiles, (crapauds, salamandres, lézards, serpents,… ) tous de la Catalogne.

En 1891 Antoni Gaudi commence l’étude de la façade de la Nativité et entreprends l’année suivante sa construction (année de la mort de Bocabella, l’instigateur du Temple).

Angel: En 1892 les fonds étaient insuffisants pour les travaux, et c’est à ce moment là que par miracle un leg anonyme considérable renfloua les caisses, rendant possible la poursuite de la construction.

Gaudi n’était pas religieux dans sa jeunesse. Petit à petit avec son ascension sociale il se lia d’amitié avec des personnes influentes et novatrices du clergé avec lesquels il conçu des projets de rénovation ou de construction : le poète père Jacinto Verdaguer; Joan Baptista Grau, évêque d’Astorga, le père Enric d’Ossó, fondateur de la congrégation de Sainte Thérèse de Jésus, Mgr Pere Campins, et surtout Mgr Josep Torras i Bages, évêque de Vic, idéologue de l’aile chrétienne de la Renaissance Catalane, (Renaixença).

Angel: En 1894, sa vie religieuse s’intensifie progressivement. La Sagrada Familia devient son chemin spirituel, artistique et religieux. Par exemple pendant le carême de cette année-là, à l’âge de 42 ans, son jeûne faillit le tuer. Gaudi ne survécu que grâce aux pressions et aux soins de ses amis et de l’évêque Torres i Bages.
En 1906, à 54 ans, il s’installe au Park Güell, au sommet du quartier de Gràcia. Chaque matin, il se rendait à la paroisse Saint-Jean de Gràcia pour participer à l’Eucharistie. Chaque soir, après le travail à la Sagrada Familia, Gaudí se rendait à l’Oratoire de Saint-Philippe-Neri pour y réaliser ses dévotions personnelles et rencontrer son directeur spirituel, le père Lluís Maria de Valls. Convaincu qu’il est impossible d’améliorer un projet sans sacrifices, il s’est soumis à une vie de pénitence et de pauvreté volontaire. Avec la conviction que sans sacrifice il est impossible d’accomplir un travail, il s’est donné à une vie de pénitence et de pauvreté volontaire. Gaudí avait manifesté son désir de mourir dans l’hôpital chrétien de charité, comme un homme pauvre de plus.
En 1914 Gaudi mendie les fonds qui se raréfient avec la guerre. Après la mort de sa nièce et de son père, il vit tout à fait seul et finit par s’installer dans son atelier de la Sagrada Família. Il y reçoit les visiteurs – croyants, curieux, étudiants en architecture -, et commente avec passion l’œuvre à laquelle il a donné sa vie.

Angel:Gaudí est heurté le 7 juin 1926 par un tramway à proximité de la place de Tetuan alors qu’il se rendait comme à son habitude à l’église de Saint Philippe Néri, après avoir terminé sa journée de travail sur le chantier de la Sagrada Família. Et parce qu’il n’a pas été reconnu et qu’il était habillé comme un mendiant (des épingles à nourrice au lieu de boutons, des lanières au lieu de lacets), les passants barcelonais l’ont laissé sur le sol, seuls Antonio Roig et Antonio Noria lui ont porté secours, les taxis refusant de transporter un mendiant ensanglanté. Gaudi a été emmené comme un homme pauvre à l’hôpital de la Santa Creu, mais trop tard pour être soigné. L’aumônier de la Sagrada Familia, Mosen Gil Parés, l’identifia à l’hôpital comme étant Antonio Gaudi, l’Architecte de Dieu. Il est mort 3 jours après, le 10 juin 1926 à l’hôpital. Dans ses poches il n’y avait que le livre des Évangiles, un chapelet, un mouchoir et la petite clé de son bureau. Ses derniers mots furent : « Amen« . Le 12 juin, une foule importante parcourt les rues de Barcelone à partir de la cathédrale, où les funérailles ont eu lieu, jusqu’au temple de la Sagrada Família, où se trouve la crypte dans laquelle il fut enterré.
Le vendredi saint de 1992, le prédicateur populaire Ignasi Segarra (Albesa 1929 – Barcelone 2003) a prononcé un sermon à Riudoms avec des phrases de Gaudi. En descendant de sa chaire, encore rayonnant du contact du Saint-Esprit il dit : « Nous devons béatifier Gaudí. » Un groupe se constitua (l’Association pro Beatificació d’Antoni Gaudí)  demanda de l’aide à l’archevêque de Barcelone, sans trop de succès au début, Gaudi étant un laïc,  pour promouvoir la béatification de Gaudi. Petit à petit l’idée fit son chemin car finalement Gaudi incarne parfaitement cette idée de Jean Paul II, polonais patriote et artiste, que la foi est pleinement vivante quand elle se transforme en culture. Son procès en béatification s’est ouvert le 9 juillet 2003 à Rome, en présence de l’archevêque de Barcelone, le cardinal Ricard Maria Carles.
Conformément à l’homélie prononcée par Benoît XVI lors de la consécration de la Basilique Sagrada Familia, l’Église veut réaffirmer le lien entre l’art et la foi, la beauté et la vérité.

Oriane: Plusieurs architectes prennent en charge la poursuite du monument après la mort de Gaudi :
– Domènec Sugrañes i Gras, de 1926 à 1935, il termina la façade de la nativité et les trois tours manquantes. Gaudi le considérait comme son légataire, ils avaient travaillé ensemble à la Casa Milà (la Pedrera. Lors de la guerre civile (1936-1939), un incendie anéantit l’«Obrador», l’atelier où Gaudi conservait écrits, dessins et maquettes. Sugrañes en fut très affecté et mourut deux ans plus tard, le 9 août 1938, désespéré à l’idée que tous les plans de Gaudi, l’Architecte de Dieu, avaient été détruits.

Angel:Puis ce fut le tour des architectes Francesc de Paula Quintana, Isidre Puig Boada, Lluís Bonet i Garí, Francesc de Paula Cardoner Blanch, Jordi Bonet Armengol et Jordi Faulí Oller qui en a la charge depuis 2012.

Oriane: La Sagrada Familia s’est en fait construite illégalement, sans permis de construire. Antoni Gaudi n’avait pas eu de réponse de la part de la mairie de Sant Marti, à sa demande de permis de construire, en 1885, 3 ans après le début des travaux. La Sagrada Familia est gérée par une Fondation totalement en dehors du contrôle administratif de Barcelone (La Junta Constructora del Temple Expiatori de la Sagrada Família), sans comptes à rendre, financée quasi uniquement par les recettes de la billetterie. C’est 137 ans après qu’un permis de construire valable jusqu’en 2026, année du centenaire de la mort de Gaudi, a été délivré par la mairie de Barcelone en échange de 4,6 millions d’euros, et d’une contribution sur dix ans afin de moderniser les aménagements et les transports en commun autour de la basilique.

Angel: La basilique Sagrada Familia a attiré 650 000 visiteurs à l’occasion des JO de Barcelone, puis 2 millions 10 ans plus tard, et 4,5 millions de touristes en 2017. Depuis des décennies, la poursuite du chantier est critiquée. Le Corbusier, Gropius, Riccardo Bofill ont signé des manifestes. Mais la Catalogne n’a voulu ni une ruine ni un musée. Elle a fait de la Sagrada l’étendard de son autonomie, ceux qui ne comprennent pas les symboles peuvent même parler de Disneyland.

Oriane:La basilique Sagrada Familia a été consacrée par le pape Benoît XVI le 7 novembre 2010. Le siège de l’archevêché de Barcelone reste toutefois la cathédrale Sainte-Eulalie, édifice construit à l’époque médiévale et situé au cœur du quartier gothique. Le monument appartient à une fondation privée, héritière d’Antoni Gaudí, et a été classé en 2005 au Patrimoine mondial de l’Unesco.

Les meilleures citations de Gaudi

Loin d’être la dernière des grandes cathédrales, la Sagrada Familia est la première d’une grande époque.

Vaincre trois siècles d’architecture gothique est une œuvre titanesque pour un seul homme, mais cela ne signifie pas qu’il ne faille pas l’entreprendre

l’homme sans religion est un handicapé spirituel, un homme mutilé

L’architecture ne doit pas renoncer à la couleur, mais, au contraire, l’utiliser pour donner vie aux formes et aux volumes. La couleur complète la forme et est la manifestation la plus claire de la vie.

J’ai gagné beaucoup de combats dans ma vie, mais pas celui contre mon caractère

mon client n’est pas pressé

(à propos des retards dans la construction)

Je vieillirai, mais d’autres suivront mes pas

L’architecture est le premier des arts plastiques, la sculpture et la peinture procèdent d’elle. Sa suprématie vient de la lumière. L’architecture est la mise en ordre de la lumière, la sculpture est jeu avec la lumière, la peinture, reproduction de la lumière par la couleur qui est la décomposition de celle-ci.

Pour qu’une oeuvre d’architecture soit belle, il faut que tous les éléments possèdent une justesse de situation, de dimensions, de formes et de couleurs.

La ligne droite appartient aux hommes, la courbe à Dieu.

La ligne droite appartient aux hommes, la courbe à Dieu.

Être original c’est revenir à l’origine.

L’artiste doit être un moine non un frère.

Les créations religieuses sont esclaves d’une idée profa­ne, l’art…

Les créations religieuses sont esclaves d’une idée profa­ne, l’art…

Je suis venu reprendre l’architecture là où l’avait laissé l’art byzantin. ( … ). Je suis venu perfectionner l’art gothique..

La Beauté est l’éclat de la Vérité. Puisque l’ Art est Beauté sans Vérité il n’y a pas d’Art. L’amour de la Vérité doit être par dessus tout autre amour. La Création continue et le Créateur utilise ses créatures afin de la poursuivre. Ceux qui cherchent à connaître les lois de la nature pour réaliser leurs œuvres col­laborent avec le Créateur .

Gaudi
Gaudi
Sagrada Familia Gaudi
Sagrada Familia
Sagrada Familia Gaudi
Sagrada Familia
Enterrement de Gaudi
Enterrement de Gaudi
Enterrement de Gaudi
Enterrement de Gaudi
Enterrement de Gaudi
Enterrement de Gaudi
dictum Donec sit ante. massa in eget porta.